Jean-Michel Etienne vient de publier, avec Badi Baltagi et Georges Bressson, un article dans le Journal of Applied Econometrics qui s’intitule Hedonic Housing Prices in Paris: An Unbalanced Spatial Lag Pseudo-Panel Model with Nested Random Effects?
Résumé: Ce papier cherche à approfondir la connaissance du marché immobilier dans la ville de Paris. En recourant à la modélisation hédonique, nous étudions simultanément les dimensions spatiale et temporelle du processus de formation de prix des transactions immobilières des vingt arrondissements parisiens sur la période 1990-2003. Le modèle est estimé par la méthode du maximum de vraisemblance en tenant compte de la structure emboîtée des données. En effet, la ville de Paris est historiquement divisée en 20 arrondissements, chaque arrondissement est divisé en 4 quartiers, qui à leur tour contiennent entre 15 et 169 ilôts par quartier. L’ensemble des transactions forme un pseudo-panel non-cylindré contenant 156 896 transactions. Malgré la richesse des données, beaucoup de caractéristiques de voisinage ne sont pas observées. A partir d’un modèle autorégresif spatio-temporel, nous cherchons à mettre en évidence les possibles effets spatiaux et temporels des prix hédoniques, tout en suggérant une approche appropriée pour traiter chacune des dimensions dans les analyses empiriques. En utilisant des tests de rapport de vraisemblance, nous trouvons des externalités de voisinage significatives mais leur signification dépend du caractère fixe ou aléatoire  des effets d’arrondissement et/ou de quartier et/ou d’ilôts. Les résultats montrent que l’estimation des prix de l’immobilier et ses effets marginaux sont affectés non seulement par la prise en compte de la structure emboîtée des prix de l’immobilier, mais aussi par les externalités de voisinage.
[zotpress items=”8QVR5V27″ style=”apa”]